CLUB : Focus sur Julie Piga et Jory-Lee Trochu (U12F)


Julie Piga, joueuse de D1 Arkema, est aussi éducatrice des U12 Féminines. Elle est accompagnée dans cet exercice par Jory-Lee Trochu. Les deux se complètent pour apporter le meilleur à leur groupe. Elles reviennent sur leurs parcours, sur la situation actuelle, sur comment s’adapter à la double casquette de joueuse et de coach pour Julie ainsi que sur leurs ambitions.


-/ Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?


Julie : J’ai commencé à jouer au FCBE (FC Belle Etoile) à Feyzin. Puis, j’ai rejoint le FC Chaponnay Marennes. Après, j’ai continué ma formation à l’Olympique Lyonnais où je passe pro. En parallèle je suis passée au Pôle Espoirs de Lyon, avant de rejoindre Grenoble et en janvier 2020, je signe à Fleury. C’est en étant à Grenoble que j’ai commencé à être éducatrice et je continue à Fleury.


Jory : J’ai été éducatrice de la catégorie U10-U11 de la JSL (Jeunesse Sportive Longjumelloise), club sur Longjumeau, pendant quatre ans. Il y avait quatre équipes et très peu de moyen financier et humain. C’était parfois difficile à gérer mais ça a été une expérience enrichissante et très formatrice. Après je suis allée sur l’autre club de la ville, le FC Longjumeau où j’ai eu l’idée de monter une équipe féminine allant de 9 ans à 14 ans. Pendant trois ans ça a été un défi de les faire évoluer et de leur donner goût au foot car la plupart découvrait ce sport. On m’a ensuite proposé de venir au FC Fleury 91 avec les U12-U13F. C’est maintenant ma deuxième année ici.


Que représente le FC Fleury 91 pour vous ?


Julie : C’est un très bon club avec de l’ambition, qui est en train de se structurer encore plus. C’est un endroit familial qui vise l’excellence, tout en gardant le côté plaisir.


Jory : C’est un club très attirant de l’extérieur car il est très structuré, très inspirant. Il y a un niveau d’excellence sur l’ensemble du club. À mes yeux, après deux années ici, le club est très formateur pour toutes les personnes voulant évoluer correctement et voulant croire en leur rêve de devenir footballeur/se professionnel/le.


Qu’est-ce que votre catégorie met en avant et quelles sont ses qualités ?


Julie : La catégorie U12F est le commencement de l’apprentissage du vrai jeu à 8 pour préparer les grosses échéances qu’il y a en U13. Une catégorie où on peut allier plaisir et performance car la performance n’est pas un objectif final mais plus la progression de la joueuse et du collectif.


Jory : La catégorie U12 est une très jolie transition entre la tendresse des petites et le côté où elles commencent à grandir en arrivant au collège. En même temps, elles commencent à arriver dans la compétition en regardant les plus grandes et en prenant conscience de leur niveau de jeu. Surtout avec l’exigence qu’on peut leur demander dans un club comme le FCF91. J’aime l’idée de devoir gérer un groupe dans une ambiance agréable avec de la rigolade et des sourires. J’aime aussi devoir réussir à allier ça avec le sérieux et l’exigence pour la progression et pour les emmener vers la compétition.


Quel est votre ressenti face aux décisions de la FFF concernant l’interdiction des rencontres et comment êtes-vous adaptée à cela ?


Julie : Je respecte la décision de la FFF, c’est pour le bien de tout le monde, on fait avec. Pour les entraînements, on respecte les distanciations, on travaille le collectif différemment que d’habitude et on se reproche plus du ludique que de la performance pour garder un maximum de jeunes concernées.


Jory : L’interdiction des rencontres, c’est un sujet délicat. Mais, chaque personne est apte à s’adapter à chaque situation. Si on prend le positif on ne peut ressortir que plus fort. Nous avons donc continué à faire les entraînements aux filles avec des séances plus « fun » qui respectent le protocole. Même si il n’y a pas de match, de compétition, les filles apprécient tout de même de venir aux entraînements. On a le droit de s’entrainer, c’est pas mal déjà ? On ne peut pas se plaindre je pense. J’aime l’idée de voir qu’on peut trouver du positif même dans des situations difficiles.


Jory, quel lien y a entre Julie et toi sur les entraînements et sur les matchs ?


Jory : Julie et moi avons un très bon lien. On communique facilement pour savoir qui fait quoi sur les entraînements. Quand il y avait des matchs, malheureusement, Julie ne pouvait être présente donc je lui faisais des résumés par téléphone. Nous avons une pédagogie similaire et une entente plus que bien entre nous deux. Le groupe vit très bien avec notre collaboration.


Julie, comment gères-tu cette double casquette ?


Julie : Très bien. Les entraînements de la D1F sont le matin et ceux des petites deux fois par semaine, généralement le soir. Je fais ça par plaisir et par passion, donc mon énergie est toujours présente pour les petites. Quand les petites ont match, si je peux y aller, j’y vais, sinon Jory me remplace.


Quel est votre objectif pour l’année prochaine ?


Julie : Côté éducatrice, toujours entraîner les petites, si possible avec Jory. Côté joueuse, gagner plein de match avec le club et accrocher une meilleure place. Puis, retourner en sélection si possible.


Jory : Mon objectif de coach ? Finir une année avec le FC Fleury 91. J’aimerai pouvoir finir les compétitions jusqu’au bout et gagner pleins de tournois. Enfin, surtout gagner le challenge régional avec la catégorie U13F.


A titre personnel, quelles sont vos ambitions sur les 5-10 prochaines années ?


Julie : Dans 5 ans, j’espère être internationale et avoir gagné quelques trophées. Sur 10 ans, j’aimerai devenir coach et gérer un club.


Jory : Je me vois habiter dans une luxueuse villa en bord de plage en Asie. En plus, je serai avec mon club que j’aurais créé, tout en étant éducatrice de l’équipe féminine phare du pays. Il faut croire en ses rêves !

Merci à vous les filles ! ⚫🔴